Les différents types d’acier

Un acier est un alliage métallique constitué principalement de fer et de carbone (dans des proportions comprises entre 0,02 % et 2 % en masse pour le carbone). C’est essentiellement la teneur en carbone qui confère à l’alliage les propriétés du métal qu’on appelle « acier ». L’augmentation de la teneur en carbone a tendance à améliorer la dureté de l’alliage et à diminuer son allongement à la rupture ; on parle d’aciers « doux, mi-doux, mi-durs, durs ou extra-durs » selon la « classification traditionnelle ».

Trois types d’acier sont principalement utilisés pour la réalisation des pièces d’armures. Le ST3, le C45 et le HF50, vous trouverez ci-dessous les grandes différences entre ces trois types d’acier.

L’acier ST3

Le ST3 est un acier doux qui ne peut pas être trempé. Son épaisseur minimale est de 2.5mm pour un casque et entre 1,5 et 2mm pour les autres pièces d’armure. Ce type d’acier est plutôt utilisé pour la fabrication d’armure de “reconstitution” et n’est pas conseillé pour du combat lourd de type béhourd. Ses propriétés font que cet acier est très maléable. Il plie et marque donc très facilement sus l’impact.

L’acier C45

Le C45 (également appelé mild steel) est également un acier doux, mais qui a l’avantage de pouvoir être trempé. Non trempé, son épaisseur minimale pour être utilisé en combat est de 2.5mm pour un casque et entre 1,5 et 2mm pour les autres pièces d’armure. En acier trempé, son épaisseur minimale pour un casque est également de 2,5mm mais 1,5mm suffisent pour les autres pièces d’armure. Il a l’avantage d’absorber plus d’énergie mais reste moins résistant au pliage que le HF50.

L’acier HF50

Le HF50 (également appelé spring steel) qui lui aussi peut-être trempé. Non trempé, son épaisseur minimale pour être utilisé en combat est de 2.5mm pour un casque et entre 1,5 et 2mm pour les autres pièces d’armure. En trempé, l’épaisseur du casque peut-être comprise entre 2 et 2,5mm et entre 0.8 et 1,5mm pour les autres pièces d’armure.

Le trempage

La trempe est un processus de chauffage suivi d’un refroidissement généralement rapide pour assurer un effet durcissant plus efficace et une plus grande force mécanique de l’acier. Pour ce faire, l’acier est chauffé à une température légèrement plus élevée que la température supérieure critique (entre 850 et 900ºC) puis refroidi plus ou moins rapidement (cela varie en fonction des caractéristiques de l’acier) dans un milieu tel que l’huile, l’air, l’eau…
Une pièce en acier trempé sera de fait beaucoup plus résistante aux impacts, mais perdra de sa malléabilité ce qui explique que certaines pièces en acier trempé peuvent casser là ou d’autres pièces en acier non trempé vont simplement plier.

Laisser un commentaire