Le renard

Stevens nous viens de la région de Reims. C’est un des premiers combattants à avoir rejoint Exactor Mortis lors de sa création. Sa vivacité et son agilité en font un compagnon précieux dans la lice. Boucher de formation, il aime attendrir la viande, et pour déconner, ce n’est jamais le dernier !!

Age 25 ans Habite à Reims
Taille 1m80 Poids 74Kg
Période armure Début XIVème Armes Fauchon et Bocle
Poste Runner Niveau Confirmé
Tournois 3

D’ou viens ton surnom ?

Il vient du Prez. Lorsque nous avons participé au championnat de France à Chateau-Thierry, nous nous sommes aperçus que les combattants avaient des rôles différents. En particulier celui de “runner” qui consiste à courir partout d’un bout a l’autre de la lice pour faire basculer les situations et percuter les combattants adverses par surprise. Le Prez avais compris “le renard” au lieu de “runner”… Le surnom m’est resté.

Comment tu en es venu à faire du Béhourd ?

Je suis un passionné d’histoire avec une prédilection pour la période moyenâgeuse, les valeurs de la chevalerie, les armures, les armes… D’un autre côté, j’ai aussi une affection pour les sports de combat. J’ai bien essayé la boxe et certains arts martiaux, mais le côté individuel ne me plaisait pas trop. Lorsque j’ai découvert le béhourd, j’ai pu allier ces deux passions, sans compter que le côté combat en équipe est un concept qui me plait vraiment.

Comment es-tu arrivé chez les Exactor ?

Lorsque je me suis intéressé au béhourd, j’ai bien évidemment recherché une équipe proche de chez moi. Je souhaitais trouver une équipe en cours de construction afin de pouvoir intégrer rapidement l’équipe type de manière à pouvoir concourir rapidement. C’est à cette période qu’Exactor Mortis a été fondé et je suis rapidement rentré en contact avec Fabien et Bruno. Nous nous sommes retrouvés à Chateau-Thierry et le feeling est tout de suite passé. C’est le côté déconnade sans se prendre trop au sérieux qui m’a permis de prendre la décision de rester chez eux.

Quelle a été ta démarche pour acquérir ton armure ?

Comme tout le monde, j’ai voulu m’équiper rapidement, et comme tout le monde je me suis rendu compte que l’on achète pas une armure comme on fait ses courses au supermarché. Il faut de la recherche, de la patience et du temps. Les conseils des pratiquants via les forums de la Fédération Française de Béhourd m’ont beaucoup aidé ainsi que les conseils de mes coéquipiers qui eux, ont essuyé les plâtres et commis les premières erreurs. J’ai opté pour une armure de type occidentale du début XIVème et qui me correspond assez bien.

As-tu des conseils a donner aux débutants ou ceux qui souhaiteraient se lancer ?

Ne vous précipitez pas .. Il faut savoir prendre son temps afin de ne pas commettre d’erreur au niveau historicité bien sûr mais aussi niveau qualité. J’ai moi même fait cette erreur en achetant certaines pièces à bas prix et de basse qualité.. A l’arrivée, j’en suis à ma troisième paire de gantelets alors que l’investissement dans une paire de bonne qualité aurait été une meilleure affaire pour le porte monnaie et pour mes doigts… Dernier conseil, le béhourd est un sport très physique qui nécessite une bonne préparation. Cela vous évitera les blessures et la récompense et toujours plus belle quand on a travaillé pour l’obtenir. Une bonne préparation physique vous permettra de faire de meilleurs tournois et donc d’apprécier au maximum l’expérience.

Comment t’entraines-tu et à quelle fréquence ?

Je me suis inscrit dans une salle de sport proche de chez moi car vivant en appartement, je n’ai pas forcément la place pour installer tout l’équipement que je souhaiterais avoir. Je m’astreint à une moyenne de deux à trois séances par semaine de deux heures. Je travaille principalement le cardio car c’est de mon point de vue indispensable… Pour l’aspect technique, notre club organise des entrainements chaque dimanche. Je tente de m’y rendre le plus souvent possible mais en ce moment ma moyenne est plutôt d’une fois par mois.

Combien de tournois fais-tu dans l’année ?

J’ai eu la chance d’en faire trois en 2016 : Chateau-thierry, Vincennes et Monbazon. C’est toujours compliqué de se libérer quand on travaille dans le commerce. Les week-end sont souvent les plus grosses journées et il faut également concilier la vie de famille et autres loisirs….

Avec quelle type d’arme combats-tu et pourquoi ?

J’ai opté pour le fauchon ou la hache à une main avec une bocle. C’est un style qui me correspond. Cela me permet d’être rapide et agile avec une protection supplémentaire afin de pouvoir encaisser certains coups d’arme d’hast. Les armes à deux mains necessite plus de force de par leurs poids. Je ne me sens pas très à l’aise avec ce type d’arme et je me fatigue plus rapidement.

Quel est ton meilleur souvenir au béhourd ?

Outre certains bleus reçus ou que j’ai pu administrer qui restent de magnifique souvenirs, je dirais que c’est notre première victoire lors du championnat de France 2016 à Chateau-Thierry qui fut également notre premier tournoi.

Quels sont tes objectifs pour la prochaine année ?

J’espère pouvoir participer à un maximum de tournoi (tous dans l’idéal) avec de bons résultats tout en conservant la bonne ambiance de l’équipe qui nous caractérise. D’un point de vue individuel, je souhaite devenir un bon élément au sein de l’équipe et capable de faire la différence dans la lice.

Quel est le plus beau/meilleur tournoi auquel tu ai participé ?

Je dirais celui de Monbazon. C’est un des plus beau tournoi de l’année. Le cadre et la lice sont vraiment exceptionnels et les organisateurs du tournoi du Faucon Noir font vraiment un excellent travail ! Merci a eux, car c’est vraiment une chance de pouvoir y combattre et cela génère des souvenirs impérissable !

Un dernier mot pour conclure ?

N’oublie pas que la vrai force ne dépend pas de la puissance des coups que tu donnes mais de ce que tu es en mesure d’encaisser afin de rester debout face à ton adversaire.

2 thoughts on “Le renard

Comments are closed.