Tipiak

Tipiak nous viens de région parisienne. Originaire de Belle-île-en-mer, il est le plus âgé du groupe. Il n’est pas particulièrement fort, pas particulièrement rapide mais il est tenace et doué d’un humour assez particulier. Une nouvelle recrue 2016 qui se bonifiera surement avec le temps.

Age 45 ans Habite à Rosny-sous-bois (93)
Taille 1,75m Poids 71Kg
Période armure Début XVème Armes Fauchon / Hache à une main
Poste Runner Niveau Novice
Tournois 1

Est-ce que tu peux te présenter ?

Eric, 45 ans (déjà ?), breton et fier de l’être. Je suis originaire de Belle-île-en-mer dans le Morbihan. Je travaille chez un opérateur télécom et je suis plutôt spécialisé dans les téléphones portables et la réalisation de sites internet, je suis donc plus clavier souris que bouclier fauchon… Je me suis remis à une pratique régulière du sport il y a 5 ans (crise de la quarantaine ?) avant de découvrir le béhourd en 2016.

Comment en es tu venu à faire du Béhourd ?

Totalement par hasard. J’écoutais la radio en voiture quand ils se sont mis à parler du Tournoi de Vincennes. Je me suis dit que cela pourrait être sympa d’emmener mon fils voir des “vrais chevaliers” en armure. Je ne m’attendais pas vraiment à cela. Cela n’a pas du tout intéressé mon fils, mais moi j’ai été totalement emballé. Dans les jours qui ont suivi, j’ai commencé à me renseigner sur ce nouveau sport et j’ai été accroché.

Comment es-tu arrivé chez les Exactor Mortis ?

Lors de mes recherches sur le béhourd, je suis tout naturellement tombé sur le forum de la fédération. J’ai posté un message indiquant que je cherchais une équipe dans la région parisienne. Fabien des Exactor m’a invité à venir les voir lors d’un de leurs entrainements à la Ferté Milon, cela faisait un peu loin, mais comme j’étais curieux j’y suis allé. Je les ai trouvé sympa, l’ambiance avait l’air bonne, et ils m’ont gentiment prêté une armure pour faire un essai. Suite à cela, nous sommes resté en contact et je me suis finalement engagé avec eux.

Quelle a été ta démarche pour acquérir ton armure ?

Lors de mon essai en armure en juin, je me suis vite rendu compte d’une chose. Sous le casque, on voit mal et on respire mal. J’ai donc cherché un casque permettant de me donner un avantage sur ce plan là. Pour le reste, Fabien m’a conseillé de prendre les jambes et les bras en trempé. J’ai trouvé une cuirasse pas chère d’occasion qui n’était pas de première fraicheur mais qui avais l’air correcte et que j’ai du bricoler un peu. Une paire de jambes complètes d’occasion auprès d’un allemand qui faisait ma taille et mon poids et qui pour le coup sont parfaitement ajustées. Pour le casque, les bras et les gantelets, j’ai passé de longues heures et de nombreux jours à rechercher sur internet les meilleurs prix et les meilleurs artisans. J’ai trouvé trois artisans différents qui sont tous trois basés en Ukraine et dont la réputation n’était plus à faire. Les délais ont été long mais la qualité est vraiment au rendez-vous. J’ai finalement été complet une semaine avant le tournoi de Tourcoing en novembre. J’ai encore quelques petits ajustements à faire, mais dans l’ensemble j’ai une armure de qualité qui me permet d’être bien mobile. Avec le recul, je me rends compte que quatre mois pour être bien équipé c’est assez rapide.

Aurais-tu une anecdote à nous raconter ?

Comme je l’ai déjà dit, mon premier tournoi fut celui de Tourcoing en novembre. Censément un des plus difficile de l’année du fait de la présence de plusieurs équipes étrangères et notamment de celle des anglais de Battle Heritage. J’appréhendais d’être un peu ridicule pour mon premier combat et cela n’a pas loupé. Lorsque le combat a commencer, j’ai donné un coup de fauchon à un adversaire. Le fauchon m’a sauté de la main, j’ai tenté de le récupérer pour ne pas le laisser tomber, j’ai fait deux pas en arrière et je me suis fait tamponner par un adversaire qui courait depuis le fond de la lice. Mon premier combat à dû durer pas plus de vingt secondes et un gif animé de cet “exploit” tourne en ce moment sur le net (merci Looping).

Les entrainements et ce premier tournoi m’ont vite fait prendre conscience de deux choses. Mon cardio est quasi inexistant passé une minute de combat et je dois prendre de la masse musculaire si je peux pouvoir résister un tant soit peu aux beaux bébés que l’on croise en lice. J’ai la chance d’avoir une salle de sport toute équipée au travail et je peux ainsi m’y rendre entre midi et deux. J’essaie de m’y rendre le plus possible afin d’être prêt pour 2017.