La bataille de Visby – 1361

La ville de Visby est la seule agglomération importante de l’île de Gotland, située à 90 km l’est de la suède. Fondée au Xème siècle par les vikings en raison de son emplacement naturel permettant la réalisation d’un port. Plaque tournante du commerce de la Baltique, elle attira les convoitises de nombreux pays qui voulurent prendre possession de l’île. Cette bataille n’est certes pas la plus décisive, ni la plus importante des batailles du XIVème siècle, mais certainement celle qui laissa le plus de traces historiques.

En mai 1361, le roi Magnus IV de Suède adresse une lettre au conseil de la cité de Visby afin de les informer que “certains de nos ennemis conspirent en ce moment pour attaquer votre île à l’aide d’une armée nombreuse”. Le roi exhorte donc la population a se montrer vigilante et a surveiller ses côtes de nuit comme de jour. Le commerce qui s’est devellopé depuis trois cent ans a rendu certains fermiers très riches et l’on retrouvera d’ailleurs pas moins d’une dizaine de trésors cachés dans l’île en relation directe avec cette invasion de 1361. La ville de Visby est toutefois bien défendue par un mur d’enceinte de plus de trois kilomètres qui fut achevé au début du XIVème siècle, mais l’île ne possède aucune autre fortification ni garnison. Magnus IV de Suède n’est pas un roi très fort et doit faire face à de nombreuses fronde et problème de politique interne. En 1360, le roi Valdemar IV du Danemark a d’ailleurs mis à profit une série de troubles pour récupérer plusieurs provinces dont la Scanie, le Halland et le Blekinge sans que Magnus IV ne puisse réagir.

A la mi-juillet, l’alarme est donnée. L’île d’Otland toute proche vient d’être envahie par une armée danoise sans rencontrer de résistance. Les gotlandais se mobilisent.Le 22 juillet 1361, Valdemar IV accoste sur l’île de Gotland avec 2500 soldats chevronnés dans l’intention de prendre l’île. Ses soldats sont des professionnels aguerris et bien équipés et se compose d’un bon nombre d’archers et d’arbalétriers et d’environ 150 à 200 cavaliers. Ils ne rencontrent que peu ou pas de résistance parmi la population de l’île composée en grande partie d’agriculteurs.

La bataille de Masterby

Les danois s’avancent dans les terres et rencontre une première résistance le 25 juillet lorsqu’une armée de paysans forte d’environ 3000 à 4000 hommes tente de leur barrer la route à Masterby, petite localité du centre de l’île dont un cours d’eau non loin de là constitue une sorte de rempart naturel. Les paysans ont détruit le pont et les danois tentent de traverser le cours d’eau frontalement. C’est un echec, les danois alourdit par leurs armures et leurs équipements ont la plus grande difficulté à traverser et ne peuvent escalader la rive trop abrupte et mouvante. Les danois se retirent et montent leurs campements pour la nuit tandis que des éclaireurs sont envoyés afin de trouver un meilleur passage. Le lendemain matin, un passage a été découvert quasiment à pieds secs et l’armée danoise se met en mouvement. Elle contourne la position des gotlandais et face à une armée inexpérimentée et sous équipée, les danois font un massacre. Les paysans pris de panique s’enfuit face à la charge de l’armée danoise. Les fouilles archéologiques sur le lieu de la bataille ont dénombré à ce jour plus de 1500 morts.

La bataille de Visby

Les reste de l’armée gotlandaise se replie sur Visby, tandis que les danois après avoir pris possession du champ de bataille, prenne le temps de piller les corps et de monter leur campement non loin de là. Durant ce temps, la peur s’installe dans la ville de Visby accentuée par les récits des survivants de la bataille de Masterby. Le lendemain, 27 juillet, l’armée danoise se présente sous les murs de la ville. Les gotlandais décident de les affronter hors les murs et s’alignent sous les remparts de Visby. Les danois qui n’ont subit quasiment aucune perte font face a environ 2000 à 2500 paysans et citadins. De nouveau, la bataille vire au massacre. Les danois bien alignés font pleuvoir une pluie de flèches sur les premières lignes gotlandaises, puis les fantassins danois s’avancent au corps à corps appuyés par les arbalétriers. Les gotlandais pris de panique ne peuvent s’enfuir, acculés contre les remparts. Plus de 1800 corps seront retrouvés. On estime que l’invasion de l’île aura couté la vie à près de la moitié des hommes de l’île, une centaine d’hommes côté danois.

La capitulation de Visby

Le 29 juillet, n’ayant plus aucun espoir de secours et quasiment sans défense, la ville décide de se rendre et ouvre ses portes à Valdemar IV. Le roi danois fit alors amener trois énormes barils de bière vide et somma les habitants de remplir ces barils d’or et d’argent sous trois jours sans quoi il ferait livrer la ville au pillage par ses troupes. La population s’empressa de dépouiller leurs églises et chacun apporta ses objets de valeur de sorte qu’à la nuit tombée les barils furent plein. Avant de quitter l’île, Valdemar IV rédigea une lettre qui “Rétabli tous les droits et libertés pour les hommes sages et honorables, le maire, les conseillers et tous les citadins dans notre ville Visby, nos gens chéris et loyaux, qu’ils ont eu depuis il y a longtemps”. Cette attaque ne fut pas sans conséquence car la ligue de la Hanse composée de 77 villes allemandes déclara la guerre au Danemark. Cette guerre s’acheva en 1370 par la défaite du Danemark qui néanmoins pu faire reconnaitre sa suprématie et conserver l’île de Gotland.

Sur les traces de la bataille

La bataille de Visby n’a rien d’exceptionnelle pour l’époque. Elle est toutefois remarquable pour les traces qu’elle a pu laisser. La plupart du temps, les corps étaient dépouillés de leurs armes et équipements qui pouvait avoir de la valeur. Toutefois, dans le cas de cette bataille, les corps ont été enterrés sans avoir été dévêtu et un grand nombre de squelettes retrouvés portaient encore leurs armures. On ne retrouva pas de casques, boucliers ou d’armes (à part des armes brisées), mais la découverte de ce charnier permis de faire de grande avancée dans l’étude de l’équipement du soldat moyen de l’époque. On peut supposer que Valdemar IV fit laisser les corps au soleil devant les portes de la ville jusqu’à sa reddition puis demanda à la population de creuser les fosses pour enterrer les combattants. Les armures retrouvées appartiennent toutes à la famille des “cottes de plaques”, des plaques métalliques rivetées sur du cuir ou du tissu.

Il est à noté que de très nombreuses études ont été menées sur cette bataille afin de déterminer l’équipement des combattants gotlandais, la composition de leur armée, les blessures reçues durant le combat et certaines études sont encore en cours. Si l’on vous parle d’une armure de style Visby, il s’agira donc d’un équipement inspiré par une découverte faite sur ce champ de bataille…