John Hawkwood – Le premier condottiere 1320 – 1394

John Hawkwood est le fils d’un tanneur de Londres, petit propriétaire terrien, né dans l’Essex aux alentours de 1320. Soldat de formation, il participera à la guerre de cent ans dans les rangs de l’armée d’Edouard III. Après le traité de Bretigny en 1360, il se fera mercenaire et connaitra une destinée peu commune qui l’amènera à devenir le premier mercenaire des temps modernes et à marquer l’histoire de l’Italie de son empreinte.

John Hawkwood débute sa carrière militaire comme archer dans l’armée anglaise. Il participera à la bataille de Crecy en 1346 et à la bataille de Poitiers en 1356 qui verra l’armée anglaise du prince noir, très inférieure en nombre, l’emporter sur l’armée française et verra le roi de France, Jean II le Bon, capturé après la bataille. Le traité de Bretigny en 1360 entérine une cessation des hostilités entre la France et l’Angleterre et Edouard de Woodstock, le prince noir, regagne l’Angleterre, demandant à ses hommes de faire de même. John Hawkwood se retrouve donc au chômage et ne souhaite pas regagner sa terre natale pour le moment, préférant se consacrer au seul métier qu’il connaisse, le métier des armes.

Mercenaire en France

Il s’engage dans la Grande Compagnie (The Great Company), une bande de mercenaire anglais de sinistre réputation, reliquat de l’armée anglaise du Prince Noir et formée dans l’est de la France. Cette bande écume la Champagne, la Burgondie et sévit aux alentours d’Avignon en rançonnant les petites villes et village. En décembre 1360, la compagnie s’installe à Pont Saint-Esprit, une commune proche d’Avignon et rançonne les voyageurs. Le pape Innocent VI excommunie la compagnie. Face à cette menace, les mercenaires négocient leur retour en grâce en mars 1361 et s’engage à aller combattre pour le pape en Espagne et en Italie. La grande compagnie se scinde donc en deux et John Hawkwood se joint à la Compagnie Blanche (The White Company) qui prend la route de l’Italie. La Compagnie Blanche passe par la Savoie, et se retrouve engagée par le marquis de Montferrat afin de l’aider dans son conflit contre Amadeus VI, comte de Savoie. Elle attaque avec succès les villes Savigliano et Rivarolo et stationne en Savoie environ une année. La victoire finale est remportée lors de la bataille de Lanzo en 1362. C’est à peu près à cette période que John Hawkwwod prend la tête de la Compagnie Blanche.

Arrivée en Italie

L’Italie du XIVème siècle est un contrée très riche du fait de sa situation et des échanges constant entre l’Orient et l’Occident. La péninsule est dominée par Rome, Milan, Pise et Florence qui sont en concurrence constante. Un terrain idéal pour toutes les compagnies de mercenaires de l’occident qui souhaite trouver un engagement. La Compagnie Blanche franchit les Alpes en 1363 avec environ 3500 hommes au moment ou la papauté se déchire lors de l’élection du nouveau pape. De plus, Florence, jalouse de la puissance financière de Pise et de son accès direct à la mer, décide d’en finir avec sa concurrente et engage à tour de bras des bandes de mercenaires. John Hawkwood décide d’envoyer des émissaires à Pise et à Florence afin de vendre sa compagnie au plus offrant. Il signe un contrat de 6 mois avec la ville de Pise pour 45000 florins et s’engage à défendre la ville de Pise et à porter la guerre sur le territoire florentin. N’ayant que peu d’hommes et peu de ressources, John Hawkwwood se lance dans une tactique de harcèlement de l’ennemi et s’en prend aux petites villes et villages. La Compagnie Blanche va acquérir une grande réputation en perpétuant de nombreux massacres et en conquérant de nombreuses place forte par la ruse ou la reddition. Au bout de six mois, la Compagnie Blanche est aux portes de Florence et John Hawkwood retourne à Pise afin de renégocier son contrat. Devant le fait accompli et face à la menace du départ de la compagnie qui les laisserais sans défense, les pisans sont contraint de débourser 150000 florins pour conserver les services de John Hawkwood. Le sort de la guerre se jouera lors de la bataille de Cascina ou la Compagnie Blanche et l’armée pisane, environ 6000 hommes, s’opposeront à l’armée florentine composée de 11000 hommes d’infanterie et de 4000 chevaliers. L’armée florentine y remportera une très nette victoire en capturant plus de 2000 pisans et en faisant plus de 1000 morts.

Au service de Milan

Suite à cet échec, ou la compagnie blanche a acquit une sérieuse réputation et ou John Hawkwwod a démontré de grande qualité tactique et de commandement. Il se met dans un premier temps au service de la ville de Florence, puis la compagnie Blanche est engagée par Barnabé Visconti pour assurer la défense de la ville de Milan. En 1371, Barnabé Visconti rentre en guerre contre le marquis d’Estée. Le conflit est durant un moment différé grâce à une intervention papale mais l’affrontement est irrémédiable lorsque les troupes milanaises s’emparent de la ville de Reggio. Modène et Bologne, villes papales, étant directement menacée, les armées de Rome se joignent au marquis d’Estée afin de le secourir. Les troupes milanaises se dirigent vers Modène et une armée papale se porte au secours de la ville. Les troupes se rencontrent à Rubieca le 2 juin 1372. John Hawkwood dirige les troupes milanaises et remporte une grande victoire en capturant la plupart des chefs de l’armée adverse. Cependant, les troupes milanaises sont incapables de consolider leur succès puisqu’elles ne peuvent enlever la ville. La paix est signé entre les deux partis.

Au service du Pape

En 1373, John Hawkwood change de camp et en profite pour augmenter ses tarifs. C’est à partir de cette époque qu’il deviens un homme riche. Le pape Grégoire XI souhaite faire lever la menace que les Visconti font peser sur les états pontificaux et il envoi deux de ses mercenaires assiéger une forteresse du côté de Montichiari. Ils sont rejoins peu de temps après par John Hawkwood. Durant le siège, les armées pontificales sont surprises par une attaque milanaise et ploient sous le nombre. C’est une victoire écrasante et les armées pontificales fuient dans le désordre vers le château de Gavardo. Les amrées pontificales qui comptait 1800 hommes ont perdus 1200 hommes, tués, blessés ou capturés. Le lendemain, les armées milanaises cherchent à pousser leur avantage, mais John Hawkwwod à la tête des 600 derniers hommes leur tend une embuscade et met en déroute à leur tour les armées milanaises. La victoire est totale et la totalité des chefs de guerre milanais sont aux mains de John Hawkwood et seront bien sûr rançonnés. La victoire est tellement âpre que John Hawkwood se retire dans le parmesan afin d’attendre la solde promise par le pape. Cependant, la solde ne vient pas, et John Hawkwwod se lance alors dans de longue chevauchée à travers la Toscane et dans le Florentin afin de se rembourser sur le terrain. La ville de Florence qui souhaite écarter la menace lui offre 130000 florins pour ne pas attaquer la ville et ses alentours. Il détourne alors sa route vers les villes de Pise, Sienne et Arezzo.

La guerre des huit saints

Ces chevauchées jettent de l’huile sur le feu sur les relations déjà bien tendues entre les états de la péninsule italienne. Florence et Milan s’allient contre les états pontificaux et fomentent de nombreuses révoltes dans plus de quarante villes du territoire du Vatican y compris Bologne, Pérouse, Orvieto, et Viterbe. En 1376, John Hawkwood est envoyé par le pape mater la rébellion à Città di Castello. John Hawkwood se rend sur place mais ne prend pas la ville, exigeant que le pape lui paie ses gages. Devant le fait accompli, Grégoire IX s’engage à régler les gages de son mercenaire sous peu accompagné d’un bonus pour les services rendus. La ville est prise facilement et la compagnie blanche est ensuite envoyée à Faenza car le pape y craint une nouvelle révolte. Cependant, les gages promis tardant à venir, et John Hawkwood ayant des difficultés à payer ses mercenaires, il ordonne le sac de la ville. En apprenant la nouvelle, la ville de Florence lui envoi plusieurs émissaires et lui offre, en son nom personnel, une rente annuelle de 600 florins et un subside de 1200 florins afin qu’il s’engage à ne pas attaquer le territoire florentin. John Hawkwood, qui estime que Grégoire XI n’a jamais respecté les accords, accepte et se cantonnera à réprimer les révoltes dans les états pontificaux.
En février 1377, Robert de Genève, légat pontifical est chargé de réprimer une révolte dans la ville de Césène avec l’aide des mercenaires de John Hawkwwod. Il s’agit de la seconde révolte de la ville en moins de vingt ans et Robert de Genève, qui souhaite faire un exemple, ordonne le massacre de ses habitants. Plus de 4000 civils sans armes périront. Il n’en faut pas plus à John Hawkwood pour quitter le service de la papauté et d’accepter de s’engager pour la ville de Florence et de ses alliés. Grégoire XI meurt en mars 1378 et son successeur, Urbain Vi met fin au conflit en signant un traité de paix à Tivoli en juillet 1378.

Au service de Florence

En 1378, signe un contrat avec la ville de Milan. Il épouse Donnina, la fille naturelle de son seigneur Barnabéo Visconti, et de sa maîtresse Montanina de Lazzari. Cependant le contrat tournera court lorsqu’à l’issue d’une bataille gagnée contre un mercenaire nommé John Horvati, Barnabéo Visconti l’accusera d’avoir détourné une partie du butin. En represaille, le seigneur de Milan le dépossédera des terres qu’il avait reçue en dot lors de son mariage.

John Hawkwood signe donc un contrat avec la ville de Florence, s’engageant à défendre la ville et ses intérêts tout en conservant la possibilité d’accepter d’autres contrats si cela ne va pas contre les intérêts de ses employeurs. Il restera fidèle à cette ville jusqu’à la fin de sa vie. Désormais très riche, il achètera des terres en Romane et en Toscagne. Sa renommée est telle que Richard II, roi d’Angleterre, le nommera ambassadeur au près du pape en 1381.

En 1385, John Hawkwood a plus de soixante ans et une carrière bien remplie. L’essentiel de sa tâche consiste à organiser la défense de la ville de Florence et cela fais plus de dix années qu’il n’a pas participé à une bataille majeure. Cependant, durant l’hiver 1385-1386, une guerre se déclenche entre les villes de Padoue d’un côté et Vérone et Venise de l’autre. Engagé par la ville de Padoue pour prendre la tête de ses troupes, il participera à la grande bataille de Castagnaro. En 1387, ayant mis le siège devant la ville de Vérone, John Hawkwood doit lever le camp en voyant ses lignes d’approvisionnement coupée. Les troupes de Vérone et Venise le pourchassant, il est rattrapé aux alentours de Castagnaro. Choisissant sont terrain avec soin, il décide de livrer la bataille en appliquant la même tactique que les anglais lors des batailles de Crecy et Poitiers. Il place ses archers en avant et fait démonter sa cavalerie, gardant une petite réserve de cavalier en réserve. Les attaquants s’épuiseront en vaines attaques avant que John Hawkwood n’ordonne à sa réserve d’envelopper les assaillants par un mouvement tournant. John Hawkwood fera 4620 prisonniers.

Il ne s’agira pas ici de son dernier fait d’arme. En 1390, la guerre est déclarée entre Florence et Milan. Il prend la tête des troupes florentines et envahie la Lombardie parvenant à moins de vingt kilomètres de Milan avant d’être obligé de battre en retraite. en 1392, il livre une grande bataille contre les troupes milanaises qu’il remporte avant la signature d’un traité de paix. Il passe ses dernières années dans une villa aux environs de Florence et meurt le 17 mars 1394. Il est enterré avec les honneurs à Santa Maria del Fiore avant que Richard II ne demande le retour de son corps en Angleterre. De son mariage avec Donnina, il eut un fils et trois filles. Après sa mort, son fils revint vivre dans l’Essex.

La légende

Considéré comme le sauveur de Florence lors du conflit de 1392, John Hawkwood devint une légende pour les florentins. Ils lui accordèrent la citoyenneté ainsi qu’une généreuse pension. Les Florentins s’engagèrent à lui ériger une statue à sa mort, mais se contentèrent de faire peindre une fresque représentant cette statue figurant John Hawkwood à cheval revêtue d’une armure. Ce n’est qu’en 1436 que Paolo Uccello la réalisa affublée de l’inscription “Ceci est John Hawkwood, chevalier britannique, estimé le général le plus prudent et expert de son temps”. Cette statue est encore visible aujourd’hui dans la cathédrale Santa Maria del Fiore de Florence. Reconnu comme un génie militaire, il mis en oeuvre des tactiques inhabituelles pour son temps. Il faisait charger ses troupes en leur demandant de hurler afin de prendre un ascendant psychologique sur l’ennemi, ou leur demandant d’attaquer de nuit durant certains sièges. Afin d’asseoir sa réputation, il ordonnait certains massacres afin que les villes suivantes se rendent plus aisément, ce qui inspira le proverbe italien Inglese italianato è un diavolo Incarnato (« Un Anglais italianisé est un diable incarné »).